Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

parkinsoniens orne

Ce blog rassemble les personnes atteintes de la maladie de parkinson et leurs aidants

Décés de Sylvie JOLY maladie de Parkinson « Ah, c'est quand même une merde ! »

Décés de Sylvie JOLY maladie de Parkinson « Ah, c'est quand même une merde ! »

Sylvie Joly s’est éteinte cette nuit dans son domi­cile pari­sien. Elle avait 80 ans et se battait depuis de nombreuses années contre la mala­die de Parkin­son.

Cela faisait plusieurs années que Sylvie Joly se battait contre la mala­die de Parkin­son. Un terrible mal qui l’avait affai­blie. Elle est décé­dée cette nuit à l’âge de 80 ans. « Sylvie souf­frait d'une mala­die de Parkin­son sévère, qui n'est pas forcé­ment mortelle. Elle s'est éteinte d'un arrêt cardiaque en fin de nuit, à notre domi­cile à Paris », a déclaré Pierre Vitry, son mari.

Reti­rée de la vie publique depuis 2007, on la voit pour la dernière fois dans le film L’au­berge Rouge de Gérars Krawc­zyk. C’est à ce moment-là que le verdict tombe: syndrome parkin­so­nien. « Ah, c'est quand même une merde ! » nous avait-elle confié à ce sujet, avec sa gouaille légen­daire, il y a main­te­nant 5 ans.

Actrice sur grand et petit écran, comé­dienne sur les planches, on se souvient d'elle notam­ment pour son person­nage dans Le Mira­culé de Jean-Pierre Mocky, rôle qui lui valut d'être nommée aux Césars en 1987. Mais elle a aussi été la clé du succès de plusieurs carrières d’hu­mo­ristes, tels que celles de Pierre Palmade et Dany Boon. Car ses débuts, c’est bien sur les planches qu’elle les a passés, en jouant des one-woman-show.

En 2010, avec pudeur, Sylvie Joly avait sorti un livre, C'est votre vrai nom ? (Flam­ma­rion) dans lequel elle expliquait sa mala­die. Elle s’était notam­ment enga­gée dans un combat pour une sensi­bi­li­sa­tion des foules à cette mala­die neuro-dégé­­né­­ra­­tive irré­­ver­­sible. Elle aurait eu 81 ans le mois prochain.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article